Troisième round : arrêt de l’arbitre.

Après 8 heures de route avec ma célèbre skieuse (déjà 4 médailles à seulement 20 ans !) ainsi que championne du monde des pipelettes, j’ai nommé Solène Jambaqué de Peyragudes, nous sommes bien arrivé à Tignes pour ce qui doit être le dernier stage avant d’attaquer les premières compétitions.

Après un premier jour de géant où je manque un peu de pep’s et un second de slalom durant lequel je me serai encore fait torturer, c’est la tempète qui nous arrive dessus.

piquetdanslagueule.jpg

Le troisième jour, on monte au funiculaire mais pour disputer … un grand tournoi de cartes :  les câbles des remontées étant complètement givrés par un vent très violent et surtout glacial.

Ça y’est la neige arrive enfin sur Tignes, mais pas comme on voit dans les films romantiques au cinéma, où les acteurs s’amusent à gober les flocons.

Non, ici, c’est par rafales à 80 km/h qu’on bouffe de la neige.

L’après midi, c’est une partie de foot/volley/basket entre valides/debouts en béquilles/fauteuils et je vous laisse imaginer ce que ça peut donner, hormis une bonne crise de fou rire pour la majorité des joueurs.

Le lendemain, de l’avis général, chacun prend ses cliques et ses claques et rentre au bercail, non sans avoir pris soin de faire installer les chaînes par nos chers cadres : merci à eux.

La bonne nouvelle, tombée pendant le stage est que ça y’est, nous allons avoir nos skis de géant ! Des 186 cm avec un rayon de courbe de 27 m, tous neufs. Il me tarde déjà de les essayer pour voir ce qu’ils ont dans le ventre.

 

Laisser un commentaire