• Accueil
  • > Molines en Queyras … Un secret à partager !

Molines en Queyras … Un secret à partager !

Une semaine après mon retour du Canada, me voilà reparti avec Chouchou et sa jolie Julie dans le Queyras (dans les Alpes Françaises pour tous ceux qui ne connaissent pas) pour se disputer entre copains, les titres de « champion de France« .

C’est également l’occasion de revoir avec beaucoup de plaisir des visages que j’avais l’habitude de croiser sur le peu de coupes de France que j’ai eu l’occasion de faire il y a deux ans.

Chez les fauteuils, tous les membres de l’équipes sont là, excepté Yohan, qui, après avoir fait le tour du monde (Corée puis Canada), avait besoin de souffler un peu.

Molines est une petite station qui me fait penser énormément à Artouste pour les Pyrénéens qui connaissent : c’est assez petit mais en même temps, ça a un charme particulier. Les paysages sont magnifiques et on a l’impression que la station nous a été réservée…

  • Premier jour : super G

C’est sur une piste que je n’avais encore jamais skié et sur une neige vraiment béton que va se dérouler le super G.

On sent bien que Jean-Yves est venu faire le mercenaire et espère glaner quelques points afin de pouvoir faire les coupes du monde de super combiné l’an prochain.

Sur un autre type de neige, ça aurait été un vrai plaisir de skier ce beau super G mais la glace à refroidi les ardeurs de pas mal de coureurs…

Il est grand temps de prendre le départ …

Après un passage sur la retenue pour ne pas me mettre dans le décors (certe très beau), je termine tranquillement et en m’approchant du tableau d’affichage des temps, on me signifie que pour le moment je suis en tête. Mais il reste encore à passer Fred, Cyril et Jean-Yves.
On a bien senti que eux non plus n’avaient pas envie de se blesser et ont bien assuré (surtout pour prendre les quelques points qu’il manquait à Jean-Yves) mais ils terminent derrière moi, parfois que de quelques dixièmes….

J’ai eu très chaud aux fesses car Cyril était tout prés de me ravir la première place.

C’est donc avec une fierté, somme toute modérée bien sûr, que je remporte ma toute première médaille de champion de France de super G.

img5713.jpg

  •  Le géant : la course la plus serrée...

Pour cette course j’avais l’immense privilège de pouvoir skier le tout nouveau châssis de l’entreprise Tessier : le scarver Dual.

ed08331.jpg

Une bête de course qui ne demande qu’à prendre de l’angle et encore plus d’angle… Un vrai jouet. Mais attention, la bête peut parfois être capricieuse et on peut facilement se faire jeter sur une courbe un peu trop engagée.

Je l’avait essayé la veille et comme j’avais eu de super sensations, j’avais pris le pari de faire le géant avec.

La première manche s’est pas trop mal déroulée, même si je me suis un peu dégonflé dans le mur, où j’ai pas mal dérapé. A l’arrivée, je suis deuxième derrière « l’indétrônable » Jean-Yves et juste devant Cyril et Fred. La seconde manche s’annonce donc palpitante.

Chouchou qui était là en tant que touriste et plus du tout d’entraineur m’a tout de même conseillé d’engager beaucoup plus dans le mur si je voulais garder ma place.

Du coup j’arrive au départ de la seconde manche, remonté à bloc, prêt à coller au c.. de Jean-Yves et peut être le pousser à la faute. Il faut savoir que coupe de France ou coupe du monde, pour Jean-Yves l’intensité est la même : toujours à bloc.

Je réalise une très belle manche avec un Scarver qui réagit au quart de tour… Le mur est bien mieux mais c’est surtout sur la partie « plate » que je prends beaucoup de vitesse.

Arrivé en bas, on me dit que je suis premier devant Jean-Yves … Je crois d’abord à une blague puis je le vois qui me salue et hausse les épaules l’air de dire « j’ai joué et je me suis mis au tas« .

J’attends l’arrivée de Cyril et Fred mais le résultat ne changera pas.

Je remporte mon deuxième titre de champion de France, cette fois ci en géant donc, au grand étonnement de Chouchou et Julie, contents que je sois arrivé en bas. Le pauvre Jean-Yves était tout déboussolé, ne sachant pas où se placer sur le podium car il avoua plus tard qu’il ne savait pas à quoi ressemblait un « 2″.

Quand au slalom et bien je félicite dans l’ordre le vice-champion du monde Jean-Yves Le Meur qui remporte le titre suivi de Cyril puis de Fredo. Moi j’en suis encore à me satisfaire d’avoir fini une manche sur les deux … Y’a du boulot.

1008137.jpg

Au final, je sors donc de ces championnats de France ravi pour mes deux titres et surtout content de montrer à Jean-Yves qu’il n’a plus le droit de tomber puis se relever, s’enlever la neige, se recoiffer, …. sous peine de perdre sa première place.

Je repars également très content d’avoir revu certains copains que je croise que trop rarement…

A l’année prochaine Molines … surement.

 

  img57181.jpg  1008184.jpg  1008191.jpg

Laisser un commentaire