• Accueil
  • > Après six semaines … quel plaisir de rentrer à la maison.

Après six semaines … quel plaisir de rentrer à la maison.

Me voilà de retour dans mes chères Pyrénées, aux côtés de ma douce et tendre compagne.

Après six semaines de ski sur le glacier de Tîgnes que l’on a vu évoluer au fur et à mesure du temps qui passait (des périodes de glace vive qui ont précédé longtemps des périodes de grosse poudreuse), je crois que je suis sur de bons rails pour attaquer cette saison qui s’annonce riche en émotions.

Lors de ces six semaines, nous avons eu droit à quelques moments mémorables comme :

  • une grosse journée de poudreuse sur le glacier (avec Greg à la caméra et Fred qui a pu tester son ski de freeride) dont vous pouvez voir les meilleurs moments sur cette petite vidéo sympa.

Image de prévisualisation YouTube

  • une grosse frayeur lors d’une collision avec une jeune skieuse étrangère qui me percute et me coupe avec son ski au niveau du bras droit. Bilan : beaucoup de sang et dix points de suture mais un médecin confiant qui m’engueulera pour ne pas avoir été skier le lendemain… On n’est pas des machines non plus. Je sais que les pyrénéens sont costauds mais là, faut pas pousser … J’attendrai le surlendemain !

 

  • une évacuation en dameuse lors d’une tempête qui nous est tombée dessus en cinq minutes. C’est dans ces moments qu‘on comprend comment certaines personnes peuvent mourir de froid, perdu dans le brouillard. Heureusement les pisteurs de Tîgnes ont vraiment été performants car nous étions un bon paquet à devoir être évacué dont beaucoup de très jeunes enfants du club de Tîgnes. Nos barbes avaient tellement gelé qu‘il me semblait voir des images d’expéditions polaires en regardant Frédo dont le visage était pris dans un masque de glace…Quelle frayeur encore ! (Merci Greg pour nous avoir sorti de ce mer….)

 

  • un pari stupide de qui se laissera pousser le plus longtemps les moustaches … « Village people style » (que voulez-vous ? Parfois on s’ennuie et on s’amuse comme on peut… avec une tondeuse par exemple.)

 

  • Des moments plus douloureux comme lorsque notre ami Denis Barbet, un autre coureur assis de l’équipe, qui, à la fin d’un entraînement, a chuté très lourdement et s’est rendu compte, après coup, en rentrant à l’hôtel, qu‘il avait le fémur cassé !!! Ou encore la collision d’une jeune skieuse de Font-Romeu contre le solide Landais Nicolas Berejny qui fut évacuée en hélicoptère et dont on a épisodiquement quelques nouvelles (pas toujours rassurantes). Une grosse pensée va à sa famille qui doit passer des moments terribles.

Maintenant la phase de préparation est terminée.

Sur le plan technique, physique et même mental je crois que j’ai fait mon maximum pour les courses qui vont bientôt commencer (merci Marie, notre jolie sophrologue qui nous a initié et nous a fait aimer la respiration en accordéon ou bien celle à trois étages…). Après ces six semaines, je n’aurai rien à me reprocher sur ma préparation.

Premier objectif : faire une course à moins de 70 points pendant les deux premières coupes d’Europe qui se déroulent comme l’an passé en Autriche.

img7927.jpg ed08277.jpg ed08433.jpg ed07899.jpg ed08444.jpg ed08440.jpg im1b80911.jpg

Laisser un commentaire