Archive de la catégorie ‘Archives’

Et là, je pleure …

Lundi 1 décembre 2008

Ca y’est, l’ouverture des stations Pyrénéennes c’était ce week-end.

tssouslaglace.jpg petitecabanesouslaneige.jpg lecoldanglas.jpg neige.jpg lecoldaubisque.jpg neige2.jpg  lebalaidescanons.jpg groscouloirdepeuf.jpg tssouslaglace3.jpg tssouslaglace2.jpg

Au programme: de la neige à ne plus savoir quoi en faire mais bon, les projets sont très précis pour le week-end : skier les nouveaux skis de  géant de chez Rossignol pour m’habituer à leur dureté et aux nouvelles côtes. Mais surtout pas, aller faire le c.. sur les bordures où dans la poudreuse pour ne pas les abîmer.

Malgré le temps plutôt maussade, je me décide à monter à Gourette avec ma chérie pour essayer de dompter la bête (je parle des skis bien sûr emoticone).

Après deux, trois descentes d’échauffement, je commence à sentir de très bonnes sensations et à prendre de l’assurance.

Vers midi, le brouillard se lève. Chouchou m’encourage à engager davantage pour voir ce qu’ils ont vraiment dans le ventre ces fameux skis et jusqu’où je peux aller avant la rupture.

Et bien ce ne fut pas long …

Après quelques virages plutôt tranquilles, je me fais jeté sur l’avant par une bosse que je n’avais pas anticipée et je part dans une sorte de cabriole.

Je relève la tête et je me rends compte, chose assez rare, que j’ai déchaussé un ski ??? Je le regarde : la fixation a bien joué son rôle de soupape et le ski n’a aucun dégât.

Chouchou, arrive un peu affolé : « t’as rien ? »

« Ben, non. J’ai juste bouffé un peu de neige … »

« Bon ça va alors. Par contre tes skis sont morts … Je rigole pas. »

Et là je regarde le ski encore accroché sous ma coque et d’abord je ne vois pas ce qu’il veut dire.

Puis d’un coup ça me saute aux yeux : le ski fait un angle vraiment bizarre dans la neige …

Normal. Il  a complètement explosé derrière la fix et il n’y a que la semelle qui retient désormais les deux parties. Je crois avoir pris trop au pied de la lettre la demande de Chouchou qui était de  » voir ce qu’ils ont dans le ventre… ».

Là, je percute l’horreur de la situation : dans 5 jours je pars en Autriche et je n’ai pas de skis de géant aux normes. Jamais je ne pourrai prendre le départ d’une course.

Demain j’appelle chez Rossignol et maintenant, avant de me coucher, je vais prier pour que Manu ait gardé une paire de côté, « juste au cas où ».

La nuit porte conseil…. je préfèrerai qu’elle porte des skis.

Troisième round : arrêt de l’arbitre.

Mercredi 26 novembre 2008

Après 8 heures de route avec ma célèbre skieuse (déjà 4 médailles à seulement 20 ans !) ainsi que championne du monde des pipelettes, j’ai nommé Solène Jambaqué de Peyragudes, nous sommes bien arrivé à Tignes pour ce qui doit être le dernier stage avant d’attaquer les premières compétitions.

Après un premier jour de géant où je manque un peu de pep’s et un second de slalom durant lequel je me serai encore fait torturer, c’est la tempète qui nous arrive dessus.

piquetdanslagueule.jpg

Le troisième jour, on monte au funiculaire mais pour disputer … un grand tournoi de cartes :  les câbles des remontées étant complètement givrés par un vent très violent et surtout glacial.

Ça y’est la neige arrive enfin sur Tignes, mais pas comme on voit dans les films romantiques au cinéma, où les acteurs s’amusent à gober les flocons.

Non, ici, c’est par rafales à 80 km/h qu’on bouffe de la neige.

L’après midi, c’est une partie de foot/volley/basket entre valides/debouts en béquilles/fauteuils et je vous laisse imaginer ce que ça peut donner, hormis une bonne crise de fou rire pour la majorité des joueurs.

Le lendemain, de l’avis général, chacun prend ses cliques et ses claques et rentre au bercail, non sans avoir pris soin de faire installer les chaînes par nos chers cadres : merci à eux.

La bonne nouvelle, tombée pendant le stage est que ça y’est, nous allons avoir nos skis de géant ! Des 186 cm avec un rayon de courbe de 27 m, tous neufs. Il me tarde déjà de les essayer pour voir ce qu’ils ont dans le ventre.

 

Second stage : on prend les mêmes et on recommence …

Vendredi 24 octobre 2008

Me voilà de retour (en fait hier mais j’ai du dormir à peu près 20 h d’affilé) de mon second stage avec l’équipe de France à Tignes. C’est toujours avec le même plaisir que je retrouve mes camarades de jeu. Seul Denis Barbet nous fera faux bond pour cause de santé.

Cette fois-ci, ce sera notre Air-Cap’tain’ Jean-Yves Le Meur qui sera mon colocataire dans l’hôtel (y’a pire non ???emoticone).

On a même eu la chance de se retrouver dans l’h ôtel avec les filles de l’équipe de France de slalom (le morphotype de la skieuse a vraiment changé emoticone… Terminé les skieuses qui avaient des cuisses de rugbyman.) C’était un vrai plaisir de les voir à l’entraînement. Et en dehors ? Et bien s’était pas mal non plus vous l’aurez compris.

Sinon le spectacle est toujours au rendez-vous : une équipe italienne travaille en super-G sur la piste de vitesse, quelques français travaillent également sur un tracer de descente (sous le regard d’un staff assez impressionant) et au dessus de nous ce sont les garçons de l’équipe de slalom qui s’entraînent.

 Ce fut un immense bonheur de retrouver le glacier sous le soleil et l a neige fraîche cette semaine encore. Je retrouve également et toujours avec autant de stupéfaction l’enchevêtrement des tracés des différents clubs de la région, de groupes de la fédé et d’autres nations (il y avait même des japonais cette fois ci). Y’a pas à dire : Tignes semble vraiment être La Mèque du ski de compétition d’avant saison.  

sanstitre3.jpgsanstitre4.jpg

Voilà pour l’ambiance générale sur le glacier : des piquets partout, des coureurs de toutes nations qui grouillent autour, un niveau énorme dans le ski valide et surtout un spectacle permanent pour mes yeux de néophyte.

Et les handis, vous me direz ?

Et bien les deux premiers jours ce fut du slalom (alors le slalom pour expliquer un peu, c’est un peu un mélange de boxe, de ski et de torture pour moi. Surtout de la torture en fait).

Mes premiers prototypes de protection n’étaient pas encore au point et du coup, le 2ème jour, l’intérieur de mon bras droit est noir à force de prendre des piquets sur le biceps … Du coup c’est plus facile pour placer les protecs pour le lendemain … Y’a qu’à suivre les contours du bleu.

grosbleusurlebras.jpg

Mais bon, au final, je suis pas mécontent de mon ski : même si mon principal problème reste d’arriver en bas du tracer, je commence petit à petit à apprécier cette discipline et mes trajectoires se font moins approximatives, mon ski est plus précis dès le moment où j’ai compris que ça ne servait à rien de vouloir casser les piquets et qu’avec un peu de douceur et de fluidité, mes chances d’arriver en bas montaient en flèche.

Le 3ème jour c’est le super-G tant attendu … Pour l’occasion, on a même droit à un des 3 couloirs de la piste de vitesse…

Du coup ça fait un peu bizarre de passer des skis de 1m65 à des skis de 2m01 mais bon c’est la mode cette année avec l’apparition de plus en plus de supers combinés (1 manche de super G et 1 manche de slalom) sur le circuit européen.

Mon ressenti sur cette journée : c’est peut être quand même un peu de frustration qui l’emporte. Seulement 4 passages (les rotations sur 2 téléskis pour revenir au départ étant très longues) et je n’ai vraiment bien négocié le mur qu’une seule fois.

Mais bon c’est toujours agréable de faire un peu de vitesse et j’espère avoir montré que j’avais un gros coeur comme dit P. Bott notre co-entraîneur (par interim ?)

sanstitre9.jpg

Les 2 derniers jours ce sera du géant, toujours sous un soleil radieux. Bon ski et bonnes sensations.

nico.jpglolo.jpgjy.jpgfredo.jpg

Malgré cette semaine sous le soleil, je n’aurai pas pris beaucoup de couleurs (en fait je dois avoir les pommettes et le bout du nez qui ont un peu bronzé, le reste étant sous le masque, le casque ou les poils de barbe) mais c’est encore ravi d’avoir plutôt bien skié dans des conditions de rêve que l’on a pu rentrer dans nos Pyrénées (merci Chouchou qui s’est cogner la route seul jusqu’à Toulouse, Laurent étant quasiment K.O. suite à une très grosse gamelle le matin)

Maintenant, il me tarde de commencer les premières compétitions en Autriche qui seront décisives pour la suite de cette saison et de la suivante très certainement.

Si les résultats sont bons, je  pourrai participer aux 2 premières manches de coupe du monde en Espagne et en Italie et peut être baisser suffisamment mes points (le but étant moins de 50 points FIS) pour que mon DTF et mon entraîneur m’emmènent dans leurs bagages avec l’équipe pour les championnats du monde en Corée au mois de Février,

Cette sélection sera quasiment synonyme de sélection pour les jeux de Vancouver l’année prochaine… Qui skiera, verra …emoticone

Sur ce petit résumé de ma semaine (trop long ??? j’ai pourtant pas parlé des après midi passés dans le spa avec Pierre Bott, véritable show-man à ses heures qui nous gratifié de sa chorégraphie plus que suggestive de la digue du c– emoticone) , je vous dis à très bientôt pour le dernier stage à Tignes dans 3 semaines.

A très vite tout le monde

Nicolas

Premier stage à Tignes avec l’équipe de France :

Mardi 14 octobre 2008

Ca y’est, la saison a déjà démarré !

Dès le 3 octobre, c’était le premier stage à Tignes, sur le glacier, transformé pour l’occasion en véritable stade de slalom. (Le skieur ou snowboardeur  »loisir »était d’ailleurs très rare) On ne comptait que des coachs (français, italiens, espagnols, québécois et j’en passe) avec bien entendu toute une troupe d’acharnés qui va avec.

Le glacier ressemble à un gigantesque jeu de mikado, traversé en son centre par le téléski qui nous permet de nous présenter au départ. Pour moi qui découvre ça, c’est un véritable émerveillement :

  • sur la droite, une partie de l’équipe de France valide de descente s’entraîne et nous passent à quelques mètres, comme des avions emoticone. C’est un vrai bonheur pour les yeux et les oreilles de voir skier à ce niveau …
  • au dessus c’est l’entraînement géant avec des skieurs toujours aussi doués,  que je n’avais encore jamais vu qu’ à la télé.
  • à gauche, il y a de tout : du slalom et du géant principalement mais les tracés son t parfois séparés que de quelques mètres.

Le premier jour : tempète emoticone.

Les câbles ont gelés pendant la nuit et du coup le métro qui permet de monter à 3 200 m est bloqué. Pas de ski pour cette fois et donc le stage commence par une grosse frustration.

Le second jour, ça y est ! Enfin, c’est le grand bonheur : grand soleil, 20 cm de neige fraîche tombée la veille emoticone. Ski libre pour retrouver doucement des sensations (je vous rappelle que la dernière fois que je suis monté sur des skis, j’ai fini en hélicoptère avec une épaule au niveau de la poitrine)

On doit pouvoir trouver pire comme conditions pour une reprise.

sanstitre1.jpgsanstitre2.jpgsanstitre5.jpg

Mais la première mauvaise surprise vient du choc du à l’altitude. Et oui, habitué à mes chères Pyrénées, je ne me préserve pas et du coup dès les premiers instants, un malaise se fait sentir : plus de soufle, les bras en coton et les papillons dans les yeux. Et je n’ai toujours pas commencer à skier !!!

Ce sera long mais j’ai fini par apprendre à gérer mes efforts et à m’économiser pour tout lâcher dans les piquets.

En effet après 2 jours de ski libre, on enchaîne sur 2 jours de géant. La coque de mon bob, réalisée par la société Albatros m’a donné pleine satisfaction et me laisse une liberté au niveau du tronc que je n’avais pas l’an passé. Du coup je peux me permettre de donner davantage d’angle et de prendre plus de risques. (et donc parfois quelques gamelles ou sorties dans le tracer)

Finalement après 4 jours de ski assez épuisants, je sors de ce stage pleinement satisfait et ravi de ma reprise.

Ce fut surtout, un spectacle permanent de voir passer les coureurs valides dont la techniques et la vitesse m’ont bien souvent scotché.

Il me tarde déjà vendredi prochain pour recommencer. Surtout qu’on nous a dit d’amener les skis de super-G donc il risque d’y avoir des sensations et aussi du frisson.

On en oublierait presque qu’à chaque fois on doit se cogner plus de 10 h de route pour y aller… Merci Chouchou et Lolo au passage de vous être cogné la route à tous les 2.

Allez, à très bientôt pour un bilan du second stage.

Quelques nouvelles enfin, avant le grand BOUMM !!!

Lundi 15 septembre 2008

Alors, beaucoup de choses se sont passées cet été et ça commence à me démanger sévèrement au niveau du cerveau.emoticone

  • La première chose,  ce qui aura tout déclenché c’est que je fasse partie de l’équipe de France B emoticone qui s’appelera cette année, le « collectif national » et qui aura pour principale tâche de défendre les couleurs de la France au niveau européen (Autriche, Suède, France, Slovaquie : je vous en ai déjà parlé).

Le premier stage commencera le 3 octobre à Tignes et il me tarde vraiment d’y être. Pas seulement pour skier à nouveau (même si c’est vrai que ça me démange de plus en plus) mais aussi pour retrouver les potes de l’an passé (qui ont connu quelques déboires physiques cet été, n’est ce pas Fred, ou encore Delphine ?)

Il me tarde également de rechausser les skis pour essayer ma nouvelle coque. emoticone

Oui, pour ceux qui me connaissent, vous ne rêvez pas. J’ai bien dit ma nouvelle coque.

Pas ma « nouvelle réparation de coque« . Non ! Ma nouvelle coque ! Faite par des professionnels, moulée sur moi.

Terminé le « colonel Moutarde« . Maintenant ce sera soit le  »Dual in black » ou encore « Dark Dual« .

emoticone Ca me stresse aussi un peu car j’attends énormément du travail de l’entreprise Albatros qui je l’espère me fera un petit bijou (et à première vue ça à l’air plutôt pas mal, après un premier essayage).

Je la récupère jeudi 2, pour les derniers réglages et les sanglages puis en avant pour Tignes le lendemain.

  • La deuxième chose qui m’a vraiment fait chaud au coeur, c’est de voir que ma hiérarchie me soutenait dans mon projet.

Le recteur de l’académie de Bordeaux (avec l’appui de mon proviseur), m’autorise à m’absenter aussi souvent que j’en aurai besoin ; une remplaçante fera un mi temps et sera mise à disposition lors des stages et des déplacements. En plus, je n’aurai plus les parents d’élèves sur le dos : »et le programme, hein ? Il va se terminer tout seul ??? Y’a le bac à la fin !« 

J’espère vraiment me montrer digne de la confiance qu’ils ont placé en moi.

L’hiver nous le dira….

Rookie of the year !!! Yeah !!!

Mardi 12 août 2008

Bon ce qui regardent le basket ou le foot US auront compris : j’ai eu l’honneur d’être élu  »skieur ayant eu la plus forte progression cet hiver« .

Qui a dit que je partais de tellement bas ??? Ça fait toujours plaisir !

Si vous lisez l’article, ne vous trompez pas : j’ai pas eu le titre de meilleur vétéran (ça c’est pour Jean-Marc, notre joueur de carte national) mais bien de plus forte progression.

article.jpg 

Au mois de juin, tout va bien …

Jeudi 12 juin 2008

Bon, hé bien, désolé pour ce silence radio mais c’est vrai que depuis la dernière fois où je me suis demis l’épaule, il ne s’est pas passé grand chose.

Mais ce matin, une grande nouvelle est tombée sur mon écran d’ordinateur : je viens de recevoir ma convocation en équipe de France Cool.

Alors pas le groupe « Elite » bien entendu (faut pas réver) mais ce qu’ils ont appelé cette année le « collectif national« 

C’est en fait le groupe de coureurs qui va avoir droit à tous les stages d’entraînement et toutes les courses du circuit européen.

Au programme, cette saison :

  • Octobre et novembre : 4 stages à Tignes de 5 jours.
  • Décembre : début des hostilités à Pitztal en Autriche (un slalom et deux géants) puis Kühtai dans la lancée (un slalom et un géant),  du 9 au 20.
  • Janvierstage de vitesse suivi de 4 courses : une descente emoticone et trois super-G emoticone dans les Alpes du sud (Serre-Chevalier ?)
  • Février : Solleftea en Suède (2 slaloms et 2 géants) du 2 au 6 et Chamonix pour 2 slaloms, les 14 et 15.
  • Mars : championnats de France les 23 et 24 puis Finale de la Coupe d’Europe à Jasna en Slovaquie (slalom, géant et super-G) du 26 au 29.
  • Avril : repos emoticone
  • Mai : stage d’entraînement de fin de saison du 3 au 7..

Plutôt balèze, non ? Du coup je ne sais pas encore comment je vais pouvoir jongler avec mon emploi du temps de prof de math … Pour l’instant j’essaie de voir avec mon rectorat pour essayer d’alléger un peu mes heures et prévoir mes remplacements. Pas facile.emoticone

Dernière chose : fin décembre, les critères de sélection pour les Championnats du Monde qui se dérouleront du 21/01 au 01/02 en Corée seront revus, c ‘est à dire que certains coureurs du groupe « collectif national » pourront éventuellement être du voyage.

Qui sait ? On peut réver … Le début de la saison nous en dira plus.emoticone

Allez sur ces bonnes nouvelles, je vous dis à bientôt pour vous tenir au courant de ma situation.

@+

Vous connaissez l’histoire de Paf l’épaule ?

Mardi 8 avril 2008

Galvanisé par mes résultats en coupe d’Europe, de retour d’Espagne je suis allé faire la fermeture de la station de Gourette, mais me laissant emporté par un trop plein d’émotion et comme il y avait peu de monde sur la piste, je m’enflamme un peu et je prends une énorme gamelle (pour l’instant la plus grosse de ma jeune carrière assis) et paf l’épaule !

Une douleur ! Alors là, ceux qui y sont passé comprendront ce que je veux dire, j’avais l’impression d’avoir l’épaule en miette ainsi que la clavicule, l’humérus, etc …. alors que finalement c’était juste une luxation mais bon, la tête de l’épaule était descendu d’environ 10 cm (au niveau de la poitrine).

Bien sûr au poste, impossible de me la remettre malgré les doses de morphine à répétition : « si vous voulez qu’on arrive à vous la remettre, il va falloir vous détendre » !!! A-t-on jamais entendu pire connerie ? Au moment où tu as le plus mal, on te demande de te détendre ! Moi je revoyais l’image dans les bronzés quand Josiane prend le coup de bâton dans la gueule …

Bref, petit voyage en hélico jusqu’à Pau (mais cette fois assis donc j’ai pu profiter du panorama : « vous pouvez passer plus près des montagne » j’ai demandé au pilote mais il n’avait pas l’air très coopératif) où même avec le gaz hilarant (moi ça m’a plutôt fait planer que rire) ils n’y sont pas arrivé donc finalement j’ai eu droit à mon anesthésie générale et quand je me suis réveillé, la douleur avait disparu comme par magie.

Résultat des courses : 3 semaines d’immobilisation du bras (super pratique en fauteuil).

Bon, il faut relativiser : la saison est terminée donc je vais pouvoir commencer un programme de rééducation pour me faire un buste d’Apollon emoticone et des épaules de Schwarzy pour préparer la saison prochaine, que j’espère aussi riche en émotion.

Je vous tiendrais au courant. A +