Ma vie, avant

Bonjour tout d’abord à tout ceux qui tomberaient je ne sais comment sur ce blog (un ami, un pote de ski, un élève ou un parent d’élève énervé de voir le prof de math de sa fille toujours en vadrouille).

La première chose je crois, est de me présenter et de vous raconter un peu mon histoire c’est à dire le pourquoi de ce blog.

Pour ceux qui n’en ont rien à faire et veulent simplement voir des vidéos de  ski ou des photos je vous conseille de zapper cet article.

Voilà, je me prénomme Nicolas Loussalez, tout juste la trentaine (né en 77) et depuis tout petit je suis sur des skis. Mon père étant déjà un mordu et habitant longtemps à côté des pistes de Gourette, on peut dire que je suis tombé dedans quand j’étais petit.

Jusqu’à 13-14 ans je fais donc comme mes copains : du slalom avec le club des sports de Gourette, dirigé alors par Roger Mazouat (que j’embrasse ainsi que Jeannine) et entrainé par Toto Penouih et François Barats aujourd’hui directeur de l’ESF de Gourette.

Je dois avouer que je n’étais pas très doué mais surtout pas très motivé. Le fait d’enfiler un dossard et de prendre un départ me laissaient complètement indifférent et puis surtout le fait de ne jamais passer la ligne d’arriver renforçait cette dé-motivation.Triste

C’est donc logiquement que je me tournais vers le snowboard qui commençait à faire parler de lui. Très vite je découvrais une liberté que je recherchais dans le ski : pas ou peu de compétition, aucune contrainte d’entraînement si ce n’est de devoir monter avec une pelle pour se construire un kick pour y passer l’après midi à enchaîner les figures et remonter à chaque fois à pied. (Hé oui, à mon époque les snowparks n’existaient pas encore dans les Pyrénées. En tout cas pas chez nous)

A cette époque, avec mon cousin Richard et les frangins Naegelen, on fait la rencontre de 2 autres frangins super doués en snow et franchement bourins emoticone qui ridaient sur Artouste, petite station voisine : Nicolas et Laurent Roulé aujourd’hui shapers respectifs des snowparks d’Artouste et de Gourette.

Entouré de ces 2 lascars et d’autres electrons gravitant autour, une grosse émulation s’est créee et c’était à celui qui ferait le plus gros saut, la plus grosse figure (qui prendrait la plus grosse gamelle aussi).

Après quelques compétitions et un titre de « champion des Pyrénées de Big Air » emoticone, en 1999 je crois,(ce n’est pas rien sachant que Mathieu Crépel actuel champion du monde de Big Air et de Half-Pipe faisait parti de mess adversaires mais bon … ok, c’est vrai il devait avoir 14 ans …) je décide de prendre une année sabbatique en 2000 pour voir jusqu’où je pourrai progresser.

Je venais de décrocher mon CAPES de Math (juillet 2000) et j’étais donc définitivement prof (au grand désespoir de mes potes : « bouhhhh ça pue les maths« ). Mon papa quant à lui, était d’accord pour financer cette année puisque du côté de mon parcours scolaire ce fut un sans faute. (prof à 23 ans)

Et c’est là, que les ennuis commencent ……..

Laisser un commentaire