1.Les Angles : 19/20 janvier

Objectif affiché de la saison: entrer en première série (c’est à dire être dans les 25 premiers français au niveau des points FFH). 

Première obstacle : convaincre ma mère de m’accompagner pour conduire une partie de la route. Déjà, ça c’était pas gagné : on aurait dit que je lui avait demandé de traverser la Russie en traîneau avec une meute de loups collé au cul.

Bon finalement, j’arrive à la persuader et nous voilà partis (après nous être arrêté dans un garage au bout de 2 minutes car le pare-choc arrière touchait la roue. Mais non maman je ne t’accuse pas !). Le reste de la route se passe sans encombre et je retrouve là-bas mon acolyte Lolo Goubier ainsi que notre entraîneur François Laboissette.

On se retrouve dans une chambre de 2 m² avec ma mère mais bon c’est pas grave nous ne sommes pas là pour des vacances.

Le premier jour c’est ski-libre et donc j’en profite pour essayer la combi que m’avait dégoté Chouchou : une combi des années 80 qu’il portait quand il était coureur (à 14 ans quoi). Comme quoi c’est vraiment élastique ces trucs.

1006999.jpg  1007023.jpg

J’arrive au pied des pistes et là, je vois François qui me regarde et explose de rire en criant bien fort pour que tout le monde en profite : » regardez ce saucisson. Il a foutu sa combi à l’envers !« . Ben forcément, ancien surfer, pour moi la fermeture se met derrière mais je trouvais bizarre qu’il n’y ait pas de corde pour la remonter …

Bref, journée tranquille, neige de printemps et beau temps mais malgré tout ça j’explose ma coque au niveau du rivet qui fixait l’assise et le dossier. Heureusement François savait avec qui il partait et donc il avait amené tout ce qu’il fallait pour réparer : dremel pour couper et poncer, résine et durcisseur, fibre. Il a fait un boulot de champion car ça n’a plus repété depuis (enfin si, en Espagne, mais bon on était préparé)

Premier jour de compétition : 2 géants.

La consigne c’est : « on arrive en bas, ok ? Il faut marquer moins de 400 points pour pouvoir participer aux France« . Oui, en ski, contrairement à l’école, plus on s’approche de zéro et mieux c’est.

  • 1er géant : 

Première manche : la neige est bonne, le tracé plutôt simple sauf que les portes sont un peu empilées sur la fin.

Au départ j’en profite pour regarder les premiers partir et observer leur façon de s’élancer dans le portillon. Dans la tête c’est du genre « j’ai pas encore touché un piquet de la saison, je me demande bien ce que ça va donner au départ« .

Je m’élance dans le portillon tant bien que mal puis le tracé me semble très simple donc je commence à accélérer doucement. Je suis plutôt bien, j’ai trouvé un bon rythme mais comme souvent, on voit la ligne d’arrivée, on se relâche et … on se ramasse. Je me relève quand même sur le plat, pousse avec les stabilos et parviens tant bien que mal à passer la ligne. Bon, ben je suis en bas, non ? Mais au niveau du chrono je ramasse 22′ par Fred.(normal après une chute). Je me fais pourrir un peu par François qui me dit quand même que j’étais très bien tout le parcours et que c’est dommage de se planter si près de l’arrivée. (Baaahhh !)

Deuxième manche : je sais ce qui m’attend en bas mais le brouillard monte et au beau milieu du tracé la visibilité est vraiment nulle. Pensant arriver sur les dernières portes plus tournantes, je ralentis trop tôt mais je passe l’arrivée quand même sans me mettre de gamelle (je ne prends plus que 3′ par Fred et 5ème temps).

Je termine 9ème de ce géant avec près de 300 points (pas terrible tout ça) et mon pote Lolo quand à lui termine 5ème avec 225 points.

1007011.jpg  1007018.jpg

  • 2ème géant :

Peu de souvenir de ce géant hormis le fait qu’avec une grosse erreur dans la première manche et une deuxième manche assurée, je termine 5ème juste devant Lolo à un peu plus de 4 sec de Fred (encore) mais je suis satisfait car sur la deuxième manche il ne me met plus qu’une seconde environ alors que je n’avais pas skié à fond.

Au niveau des points je fais une perf sympa avec 147 points ce qui d’emblée me qualifie pour les championnats de France à Peyragudes en fin de saison (Lolo est aussi qualifié avec ses 172 points).

Le contrat est rempli pour Lolo et moi, on est sous les 400 points FFH nécessaires pour participer aux championnats de France en mars.

Deuxième jour de compétition : le slalom.

S’il est bien une discipline où il est impossible d’improviser c’est bien celle là. On peut avoir toutes les tripes du monde mais si on n’a pas la techniques, elles nous servent à rien. François nous explique même que compte tenu du fait qu’on n’ait pas fait du tout de slalom avant, on pouvait se lâcher, se faire plaisir et puis c’est pas grave si on arrivait pas en bas.

Alors, c’est pas grave ! C’est pas faute d’avoir essayé ! Après 2 gamelles où je me relève, je finis par louper une porte et donc la course s’arrête là pour moi. Pareil pour Laurent.

On fera mieux la prochaine ou du moins c’est ce que je croyais …

Enfin, on repart plutôt content des points obtenu en se disant qu’il reste encore beaucoup de boulot mais on sent également qu’il y a un bon potentiel à exploiter cette année. (peut être pas en slalom dans l’immédiat …)

Bravo à Fred François (pas le chanteur) qui gagne les 3 courses.

Laisser un commentaire